Le geste

L’obscurité efface les mille détails qui gênent mon regard vers l’essentiel. Les yeux mi-clos, je peins plus profondément. Dès que l’élan s’est accompli, je découvre en pleine lumière ce qui s’est approché de mon envie. Je n’aurais su l’élaborer plus justement en réfléchissant. L.J.

 

Le mouvement

Je vis, je vois, je ressens. Mille choses arrivent qui me font réagir. En pensées, en avis, en décisions, en paroles, en gestes, en objets, en images. Ma vie, comme la vie, n’est pas une addition, mais une entité. L’actualité et l’information planétaire instantanée obligent chaque personne à manifester sa dignité, hors profession, niveau social, capacités et imagination. L J

Le sujet

Rien de ce qui arrive n’est sans intérêt ; donc, je considère tout. Et n’importe quoi peut être bon ou mauvais, agréable et nécessaire ou dangereux. La vie est véritablement un tout qu’il ne faut plus morceler comme autrefois entre travail et loisir, par exemple. Le mot-clé est le choix à faire et l’équilibre à maintenir. Cette quête est essentiellement personnelle. L J